1 667 916 visites 3 visiteurs

LA JV TOUCHÉE EN PLEIN COEUR (ACTUFOOT33)

23 juin 2017 - 12:21

Actufoot33 a pu suivre les joueurs et le staff de la Jeunesse Villenavaise. Retour sur une journée et un match dont l'issue a été difficile à accepter. (par Marie-Laure Julian)

Le réveil est matinal. Départ à 8 heures direction Feytiat. Il fait déjà chaud et Patrick Henquel, intendant de l’équipe, est aux petits soins auprès des joueurs et leur distribue de quoi s’hydrater le long du voyage. C’est parti pour un périple de 3 heures. Certains tombent dans les bras de Morphée très rapidement… Le bus n’a alors pas quitté Villenave d’Ornon. Petit à petit beaucoup font un petit somme. Et le voyage aller se passe sans trop de bruit.

Vers 11h30, le bus arrive à Limoges, c’est l’heure du repas. L’occasion de rencontres avec des personnes venues aussi déjeuner dans ce restaurant, curieux de savoir quelle est cette équipe présente ici avec eux. « Villenave Monsieur », répond un joueur. « Mais c’est où ? ». « Bordeaux ». « Ah bien allez Bordeaux alors ! ». Un petit encouragement cocasse juste avant de monter dans le bus et prendre la direction de Feytiat. Il y a 15 minutes de route pour atteindre le stade Couderc. Dans le bus, pas un bruit. Les joueurs entrent dans le match. La concentration et la tension sont à leur paroxysme.

Place à la découverte de la pelouse et des installations du club hôte, sous une chaleur étouffante.
Feytiat reçoit Villenave comme il se doit en proposant des cafés au staff et aux joueurs. Place à la préparation. Il y a ceux qui s’enferment dans leur bulle dans les vestiaires, ceux qui vont étudier la pelouse, et ceux qui s’isolent.

Place ensuite à la causerie. Christophe Chavansot, président, prend la parole en premier rappelant aux joueurs l’importance de cette rencontre.
Puis Cédric Navarro poursuit « on s’est tous promis le 22 juillet 2016 que nous allions monter. Alors la saison a été longue, très longue, je suis le premier à le dire. Alors quand c’est si long, il faut que ce soit très bon ! Sinon, c’est un mois de compétition de plus que les autres pour rien ».

Le dernier effort

Les joueurs sont attentifs, concentrés. Et tous ont envie de réaliser l’exploit, ce que peu de clubs sont parvenus à réaliser dans l’histoire : remonter en CFA2 un an après avoir été relégué. Mais Cédric Navarro prévient « Ce sera un match d’homme. Mais vous êtes capables de le faire. Ce sera dur, il fait chaud, vous allez transpirer, vous êtes fatigués, vous aurez mal aux jambes mais c’est le dernier effort. Sur ce match là, il ne faut pas de regret : on donne tout ce qu’on a. On a trois heures de bus retour pour rentrer au club. Pensez y ! On a deux buts à rattraper. Soyez bons dans les duels, mettez du rythme de la vitesse et soyez efficaces. Après ce soir, ça sera trop tard ».
Et malheureusement, les Villenavais ont pêché dans l’efficacité. La prestation du match retour a été de bien meilleure qualité. Comme l’indique Fabien Cerqueira pendant la pause « boisson » de la première période : « continuez de vous saigner, c’est ça, c’est positif ! ».


Ils se saignent, c’est certain, mais à blanc sous les yeux de proches du club mais aussi d’amis n’ayant pas hésité à faire le déplacement pour l’événement. Les occasions sont là, nombreuses mais sans la concrétisation, la faute à un gardien adverse en état de grâce et aussi parfois un manque d’efficacité dans le dernier geste. Feytiat a moins d’occasions mais plus de réussite malgré un pénalty raté et un tir sur le poteau. Leur but dans les arrêts de jeu est anecdotique. A ce moment là, les protégés de Cédric Navarro savaient que c’était fini. Il ne restait pas assez de temps pour inscrire deux buts. Alors, le mental a flanché. Et c’est la tête baissée que les noirs et bleus regagnent les vestiaires alors que Feytiat fête sa montée historique.

Forcément ils y pensent : et si c’était nous. Les mots de réconfort d’un dirigeant adverse « vous avez fait un bon match les gars » n’ont pas d’effet apaisant. Au contraire. Villenave a fait un bon match mais ils voulaient plus que ça. La hantise de Cédric Navarro se réalise : Villenave repart pour trois heures de bus sans la montée. Le match est fait et refait… Et si… Mais la conclusion est un bilan difficile à avaler. Cette saison restera bien celle des regrets. Et ce dernier match a été à l’image des derniers mois.
Il reste plus qu’à le digérer pour attaquer de la meilleure des manières le prochain exercice. Pour cette fois ci ne rien regretter.

Message personnel de Marie Laure  Merci à Cédric Navarro d’avoir accepté l’idée d’un reportage en immersion, malgré le risque que la montée ne soit pas au bout.
Merci à Michel Poignonec et Christophe Chavansot d’avoir tout mis en oeuvre pour que cela puisse se réaliser.
Et enfin merci à tous les joueurs et au staff qui ont paséo la journée ma présence tout au long de la journée et avec un excellent accueil.

Commentaires

JV : SITE OFFICIEL

Bienvenu ! Sourire

A 98 ans, la Jeunesse Villenavaise est à la fois le club le plus ancien et le plus important de Villenave dʼOrnon, mais aussi un des clubs les plus dynamiques de la Ligue d’Aquitaine.

Le club compte près de 500 licenciés, dont 60 dirigeants bénévoles qui oeuvrent au quotidien pour faire vivre ce club. 

Lʼaccès à ce haut niveau est dʼabord le fruit dʼun projet sportif qui, depuis de nombreuses années, a beaucoup axé son travail sur la qualité des éducateurs, tous diplômés. Ils encadrent les différentes équipes, des jeunes aux seniors ainsi que sur la formation. Le parcours de notre équipe Seniors hisse le club vers le haut niveau national amateur.

Pour répondre à nos objectifs, nous avons besoin de toutes les forces vives, alors n'hésitez pas à venir nous rencontrer ! 

Michel POIGNONEC et Christophe CHAVANSOT

Co-Présidents de la Jeunesse Villenavaise

PHOTOS

Vous êtes parents, dirigeants, amis... n'hésitez pas à partager avec nous vos photos.

Envoyez les à l'adresse suivante :

secretariat.jv@gmail.com 

Alors tous à vos appareils.... Clin d'oeil

précisez bien l'équipe et le match (merci !)