2 066 930 visites 11 visiteurs

INFO : Fusion des régions : et le sport dans tout ça ? (Sud ouest)

28 octobre 2015 - 12:43

En football, Aquitaine et Centre-Ouest ne feront plus qu’un, comme en basket et en handball pour l’Aquitaine, le Poitou-Charentes et le Limousin. Au rugby, 6 comités vont fusionner

 

Qu'impose cette réforme ?

La réforme territoriale décidée par le gouvernement va redessiner la carte des régions de France. Des 22 actuelles, il n'en restera plus que 13 au 1er janvier 2016. À l'origine, cette réforme ne devait impacter le monde sportif qu'à l'horizon 2020. Le ministère de la Jeunesse et des Sports a été prié d'accélérer le processus. Ainsi, la nouvelle structuration du sport français prendra effet pour la saison 2017-2018. Les élections dans les Ligues et les comités prévues en juin 2016 vont être reportées en décembre 2016 car les nouvelles entités devront être connues au plus tard le 30 mars 2017. Chaque discipline devra repenser son organisation territoriale. Ce bouleversement ne se fera pas sans cris, ni heurts.

La nouvelle région Aquitaine - Poitou-Charentes - Limousin s'étendra sur 82 000 km² soit la superficie de l'Autriche. Il s'agira de la plus grande région de France soit 610 km séparent le sud du nord et 550 l'est de l'ouest. Autant dire que les frais de déplacement risquent d'exploser pour les clubs si aucun compromis n'est trouvé. Des dérogations seraient accordées aux régions les plus vastes pour respecter des territoires de proximité. Pour l'heure, les textes ne prévoient que la structure suivante : une entité unique dénommée pour l'instant grande ligue et des comités territoriaux. Il n'est pas exclu qu'un comité, comme en rugby, réunisse plusieurs départements. En revanche, un département ne pourra plus dépendre de plusieurs comités.

 

Qui concerne-t-elle ?

Toutes les disciplines. Néanmoins, les répercussions sur le calendrier des sports individuels devraient être moins prégnantes. L'athlétisme, la natation, le judo, le cyclisme et beaucoup d'autres ont déjà l'habitude d'organiser des rendez-vous interrégionaux. Forcément, le futur titre de champion régional prendra une tout autre valeur. Pour autant, le regroupement de certains comités semble inéluctable autant pour mieux mailler le territoire que pour améliorer le niveau de performance.

Les sports collectifs seront les plus impactés avec leurs championnats respectifs. En football, la fusion de la ligue d'Aquitaine (6 départements) et du Centre-Ouest (7 départements) va réunir près de 190 000 licenciés. Des zones géographiques vont devoir être redéfinies. Car on ne pourra pas demander aux seniors de Biarritz d'aller jouer le dimanche à Thouars (468 km) et encore moins à une équipe de jeunes. Les dirigeants actuels souhaitent conserver les districts en l'état. Rien ne dit que la FFF privilégie cette solution. Il existe quatre districts en Gironde, un seul devrait survivre.

Le rugby est plus en avance dans l'organisation car il fonctionne déjà par comités territoriaux. Sauf que chaque comité est un pré carré et que sa gouvernance est institutionnalisée au sein de la FFR. Chaque patron de comité est un homme fort. La création d'une entité régionale va bouleverser les habitudes car le pouvoir va changer de main. La bataille pour la gouvernance s'annonce fratricide.

La fédération française de basket-ball a décidé, lors de son assemblée fédérale du week-end dernier, de ne pas suivre les directives gouvernementales sur la réforme des ligues programmée en mars 2017. Pour elle, pas question de respecter ce calendrier. Elle s'est fixée pour horizon 2020. On attend la réaction du ministre des Sports.

 

Quel avenir pour les ligues actuelles ?

C'est la grande interrogation des présidents. Si la création d'une entité unique est inéluctable, tous souhaiteraient conserver un niveau intermédiaire afin de faire le lien entre la nouvelle ligue et les comités territoriaux. Garder une antenne à Poitiers, à Limoges voire à Angoulême dans le meilleur des cas. Sauf que cette strate n'est pas prévue dans les textes. Ce sera la priorité à défendre face aux fédérations. Ces dernières auront-elles la possibilité de faire preuve de souplesse ? Les discussions sont en cours. En football, la ligue du Centre-Ouest basée à Puymoyen, près d'Angoulême, qui a son siège et un centre technique en construction pour plus de 3,5 M€ est-elle menacée de disparition ? Son président Michel Monteil et ses 21 salariés sont prêts à descendre dans la rue.

« Le paysage va changer, prédit, Lionel Boland, président de la Ligue de football amateur. Cela va être une étape douloureuse pour certains. Mais elle doit être considérée comme une chance. » Il n'est pas exclu que dans certaines zones, deux départements soient réunis en un seul district.

 

Les championnats vont-ils être chamboulés ?

Il y aura forcément de profonds changements. Mais pour l'heure, rien n'est encore arrêté. En football, le championnat national de CFA2 (112 clubs) pourrait disparaître et laisser la place à un championnat interrégional. Sauf à dire que les clubs concernés perdraient les subventions liées à leur participation au championnat de France. En principe, à titre dérogatoire, les ligues d'Aquitaine et du Centre-Ouest devraient conserver l'organisation de leurs championnats respectifs. Il y aurait doncdeux poules d'Honneur, plus haut niveau régional. Et en fin de saison, une finale opposerait les deux premiers pour une seule accession.


Des emplois menacés ?

Les fédérations ont laissé entendre que l'on ne toucherait pas aux emplois. Sauf que les salariés des associations sportives n'ont pas de clauses de mobilité dans leur contrat. Que se passera-t-il si des antennes comme les ligues actuelles doivent disparaître ou être réduites à la portion congrue ? Des interrogations auxquelles les fédérations vont vite devoir apporter des réponses pour éviter une crise majeure dans le sport français.


 

par Alain Goujon (SUD OUEST)

Commentaires

SITE OFFICIEL

 

Bienvenue ! 

 

Créée en 1921, la Jeunesse Villenavaise est à la fois le club le plus ancien et le plus important de Villenave d'Ornon, mais aussi un des clubs les plus dynamiques de la Ligue d’Aquitaine.

Le club compte près de 400 licenciés, dont 50 dirigeants bénévoles qui oeuvrent au quotidien pour faire vivre ce club et 17 éducateurs, tous diplômés.

L'accès à ce haut niveau est d'abord le fruit d'un projet sportif qui, depuis de nombreuses années, a beaucoup axé son travail sur la qualité des éducateurs. Ils encadrent les différentes équipes, des jeunes aux seniors ainsi que sur la formation.

Jeu et Valeur, deux mots qui caractérisent notre club, qui ne demande qu'à grandir avec l'aide de tous. Alors venez nous rejoindre !  

Michel POIGNONEC et Christophe CHAVANSOT

 Co-présidents

 

ESPACE PARTENAIRES

Les nouvelles prestations Partenaires sont désormais disponibles pour la saison 2019/2020. Retrouvez l'intégralité du projet dans notre onglet Partenaires/Le Club des Partenaires

Téléchargez ici nos prestations partenaires

 

LA JV RECRUTE !!!

   

La JV souhaite renforcer son équipe à la comptabilité du club. 
La mission principale consiste à la saisie et la codification des factures, à l’enregistrement des écritures comptables et au classement des documents.

➡️ Vous êtes intéressé(e)? Merci de contacter Christophe Chavansot au ‭06.77.30.22.94‬